SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

WildStar, étoile montante ?

Lundi, 17 Mars, 2014 - 10:37 (Dernière maj : lun, 21/04/2014 - 00:33)
WildStar, étoile montante ?
Crédits image : WildStar Online
Le MMORPG, jeu de niche parmi les niches est en passe de connaître une nouvelle évolution. WildStar nous promet du spectacle et surtout des heures de contenu. Serait-ce le messie annoncé depuis des années ?

Les bases

Le jeu est un MMO "theme park" développé par Carbine Studios, cela signifie que les développeurs ont choisi une trame et un chemin spécifique que le joueurs doit respecter afin d’avoir la meilleure expérience possible. Contrairement à un jeu de type « sandbox », le joueur est guidé et son personnage suit une courbe de progression lente mais régulière, le processus de montée en niveau ne servant que de grand "didacticiel". Les MMORPG theme park les plus connus sont : World of Warcraft, Everquest, SWTOR.

La trame scénaristique est assez simple. Une planète inexplorée et sauvage est découverte simultanément par deux factions que tout oppose, les trésors que cache cette planète appelée Nexus sont très nombreux. En effet, la race extraterrestre originaire de Nexus très avancée technologiquement, les Eldans, a mystérieusement disparu laissant derrière elle de très nombreux artefact convoités par ces deux factions. C’est dans ce contexte que les joueurs pourront évoluer, ils passeront de simple aventurier découvrant le nouveau monde au stade de super citoyen de Nexus comptant de très nombreux alliés.

Les factions

La première faction est le dominion. Il s’agit d’une civilisation militaire dont les principes fondateurs sont la discipline et l’ordre. Les moyens utilisés par le dominion pour arriver à contrôler Nexus sont souvent amoraux et les victimes collatérales sont nombreuses. Le Dominion est composé des humains Cassiens, des Drakens, des Chuas et des Mecharis. Leur capitale, Illium, est une merveille architecturale.

Les Exilés rassemblent tous les rescapés de l’univers. Chez eux, c’est la débrouille et l’astuce qui priment, on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a. Leur capitale est Thayd et ressemble plus à un bidonville qu’à une métropole. Les Exilés sont composés des Humains, des Aurins, des Granoks et des Mordesh.

Se limiter à la vision manichéenne d’une faction est trop réducteur pour définir le caractère des deux peuples. Même si les méthodes utilisées par le Dominion sont souvent peu orthodoxes, ils ont un sens du respect et de l’ordre très prononcé et leur société est extrêmement hiérarchisée. Les Exilés quant à eux utilisent souvent des stratagèmes que notre société occidentale assimilerait très certainement à du terrorisme afin d’arriver à leurs fins. Personne n’est tout blanc ni tout noir.

Si World of Warcraft a longtemps laissé planer une sorte de vision biaisée "alliance = gentils et horde = méchants" à cause de la présence de créatures plus "monstrueuses" du côté de la horde, il n’en est rien dans WildStar, les humains étant présents des deux côtés.

Les races

WildStar compte 8 races très différentes.

Les Cassiens sont des humains originaires de la planète Cassus. Ils ont été choisis par les Eldans afin de constituer une race supérieure dominant toute la galaxie. Les Cassiens sont gouvernés par Dominius le Luminaï, être de sang-mêlé Humain-Eldan, désigné pour mener son peuple vers Nexus. Les Cassiens sont froids, hautains et autoritaires.

Les Drakens sont des humanoïdes sauvages et bestiaux vaincus par le Dominion. Après avoir été presque entièrement décimé, le peuple Draken a décidé de s’allier au Dominion et de combattre aux côté des Cassiens.

Petits, bedonnants, intelligents, sociopathes, les Chuas sont au sommet de l’échelle alimentaire de Nexus. Ce sont des inventeurs hors pairs et le Dominion l’a bien compris. Malgré leurs tendances horripilantes à vouloir tout faire exploser, les Chuas sont des alliés de poids dans cette faction.

Créés par les Eldans, les Mecharis constituent une race de machines à tuer d’une efficacité redoutable. Leur mission : éliminer tous les traîtres et espions présents sur Nexus. Les Eldans n’ont pas jugé utile d’implémenter un programme faisant fonction de sens de l’humour aux Mecharis.

Les exilés sont des anciens Cassiens ayant récemment découvert Nexus. Ces humains renégats sont habitués à la débrouille puisque chez eux, tout n’est que récupération ou rafistolage. Si Mc Guyver existait sur Nexus, il serait exilé !

Les Granoks sont rugueux et peu adeptes de la poésie. Ils ont été chassés de leur monde d’origine après une guerre ravageuse contre le Dominion. Ce sont de redoutables mercenaires et Nexus est leur prochaine escale. Ils y sont venus pour boire de la bière, boire de la bière et accessoirement botter quelques culs de Cassiens.

Les Aurins sont petits mais débrouillards. Il s’agit d’une race sylvestre dont le monde natal a été ravagé par le Dominion. Malgré leurs tendance pacifistes, ils sont prêts à défendre leur nouveau foyer bec et ongles.

Les Mordeshs sont des humanoïdes victimes d’une dégénérescence génétique suite à un accident lors d’une expérience destinée à percer les secrets de l’immortalité. L’expérience est un succès puisque les Mordeshs sont désormais immortels mais leur apparence est véritablement devenu un sujet tabou dans tous les cercles de discussions exilés.

Comme vous pouvez le constater, Carbine Studios a solidement dosé les races afin que chaque faction soit équilibrée. Des humains, une race "petite et amusante", une race "badass" et une race bestiale de chaque côté. Le choix d’une faction ne se fera plus (ou presque plus) en fonction d’une race mais sera plutôt dicté par l’affinité du joueur à telle ou telle cause.

Les classes

Elles sont au nombre de 6. Toutes les classes ont une double fonction en groupe cela signifie qu’une classe peut aussi bien remplir le rôle de DPS que tenir un rôle défensif comme le tanking ou le soin.

Le Guerrier est un concentré de tous les clichés que peut trainer le concept de classe bourrine. Sauts, utilisation d’une énorme épée ou d’un canon à l’avant-bras, le guerrier n’est pas un modèle de finesse. Dans un groupe, le guerrier peut assurer le rôle de tank ou de faiseur de dégâts au corps à corps. Le guerrier porte une armure lourde et il utilise une ressource appelée « l’énergie cinétique » que l’on peut assimiler à de la rage. Votre énergie monte quand vous frappez et elle descend lorsque vous ne frappez plus. Sur une échelle allant de 1 à 10 dans la catégorie « dur à cuire », le guerrier est à 15.

L’Esper est un puissant mage utilisant l’esprit pour combattre. Il aime invoquer des créatures sur le champ de bataille pour mieux détruire ses ennemis. L’Esper ne s’embarrasse par à utiliser une armure, il préfère les boucliers énergétiques et les techniques d’illusion pour se défendre. Son arme est la psylame, c’est une sorte de disque métallique qu’il peut utiliser pour infliger de puissants saignements. L’Esper peut infliger de lourds dégâts très rapidement à distance ou soigner ses alliés.

L’Arcanero est une sorte de coyboy de l’espace utilisant aussi bien ses talents de pistolero que ses capacités magiques. Afin de garder sa mobilité, l’Arcanero ne porte pas d’armures et préfère ralentir ou immobiliser ses ennemis plutôt que de les affronter au corps à corps. L’Arcanero peut soigner ses alliés ou infliger des dégâts constants à l’ennemi à distance. Il peut utiliser beaucoup de techniques de déplacements ou de téléportations et même changer de phase afin de disparaître.

Le Rôdeur est l’archétype de l’assassin. Caché dans l’ombre, il attend patiemment le bon moment pour surprendre sa victime et lui porter un coup aussi puissant que possible. Le rôdeur porte des armures moyennes lui offrant une protection relative, il reste toutefois très fragile en cas de longue confrontation. C’est ce que l’on appelle un « glass canon » dans le jargon du MMORPG, c’est-à-dire une classe très puissante capable d’infliger de lourds dégâts en très peu de temps mais également peu solide. Le rôdeur peut néanmoins tanker de gros monstres grâce à son gameplay basé sur l’esquive. Il se bat avec des griffes semblables aux armes de Wolverine.

Le Medic est un combattant à mi-distance. C’est l’une des classes les plus originales de WildStar de par son gameplay très atypique. Le Medic peut infliger des dégâts à moyenne distance ou soigner ses coéquipiers. Il dispose d’énormément de techniques qui lui permet d’aider ses coéquipiers et d’être ainsi très utile en groupe comme des auras apportant de nombreux bonus à ses alliés. Le Medic porte une armure moyenne et ses armes sont des résonateurs, croisement entre un pistolet à micro-ondes et des palettes de défibrillateur.

L’ingénieur est la dernière classe de WildStar. Il s’agit de la seule classe disposant de familiers. L’ingénieur peut appeler des robots qui vont lui porter assistance pour assurer différents rôle dans le groupe. Notons, et c’est assez rare pour le souligner, qu’il peut appeler plusieurs familiers en même temps et les contrôler indépendamment les uns des autres. L’ingénieur combat en armure lourde et son arme et le canon à particules. Il peut tanker ou infliger des dégâts à distance.

Pourquoi WildStar ?

La question débouche sur un débat infini donc gardez à l’esprit qu’il s’agit d’une opinion avant tout personnelle qui ne fait pas office de vérité absolue.

Pour justifier l’éventuel succès de WildStar, je dois vous parler des raisons qui ont fait de World of Warcraft le succès qu’il est aujourd’hui et le contexte dans lequel va sortir WildStar.

WoW est sorti en 2004 alors que le marché du MMO était en stagnation depuis 2 ou 3 ans. Le genre avait énormément de mal à se renouveler et les clones d’Everquest ou de DAOC étaient très nombreux.

Blizzard a joué à l’Apple du jeu vidéo en sortant un jeu qui rassemblait toutes les bonnes idées du genre, en simplifiant ces idées et rendant accessible un produit destiné alors à un marché de niche. Les meilleurs chiffres de fréquentation des jeux en ligne massivement multijoueurs se comptaient en centaines de millier avant l’avènement du MMO de Blizzard et le prodige de la société californienne fut de rendre « hype » un produit qui ne l’était pas vraiment.

Quelque chose aussi simple que le fait de linker un objet dans un canal de discussion vous parait anodin ? Le fait de pouvoir être dans une liste d’attente lorsque des serveurs de jeu sont saturés vous parait évident ? Entrer dans un champ de bataille instancié afin de faire du PvP est pour vous naturel ? C’est que vous n’avez pas connu d’autres MMO avant WoW.

Donc pour résumer : Blizzard a conçu un jeu d’une profondeur rarement égalée dans le domaine tout en le rendant hyper accessible au premier venu. Le fameux « easy to learn, hard to master » si cher à Blizzard.

Revenons à présent 2014 et à WildStar. Le marché du MMORPG est très différent d’il y a dix ans et de très nombreux studios se sont cassés les dents devant l’entreprise titanesque qu’est la conception et la gestion d’un MMO. Bioware, Funcom, Mythic, Gameloft, Turbine, SOE, Square Enix, NCSoft, tous ont essayé de grappiller des parts de marché à Blizzard.

Je pense que l’on peut affirmer que tous ces essais ce sont plus ou moins soldés par des échecs, du moins dans l’imaginaire collectif et si nous étions nombreux il y encore quelques années à attendre le messie qui allait enfin nous délivrer de notre abonnement mensuel de WoW, les joueurs de MMO sont à présent plus mesurés devant l’arrivée d’un nouveau MMORPG. 10 ans après la sortie de World of Warcraft, nombreux sont les studios qui vendraient père et mère pour avoir le jour de la sortie de leur jeu ne serait-ce que 10% du nombre d’abonnés actuel du jeu de Blizzard.

Le fait est que le MOBA et quand je parle de MOBA, je parle surtout de celui de Riot Games, a petit à petit remplacé World of Warcraft dans leur cœur des gamers online sur PC et je ne parlerai même pas d’Hearthstone, véritable bombe à retardement au niveau esport et mélange casual/hardcore gaming.

Voici le contexte dans lequel WildStar va sortir, un marché grappillé par d’autres genres plus accessibles et surtout moins exigeants dont les derniers joueurs restent fidèles à un mastodonte avec 10 ans de contenu, un genre non renouvelé depuis des années où les clones de WoW se sont succédés et plantés à la vitesse de l’éclair. Pas facile dans ces conditions de convaincre un public qui a fini par ne plus prendre garde au garçon qui criait au loup.

Et pourtant, selon moi, WildStar a tout pour réussir car comme l’a fait Blizzard en 2004, Carbine Studios modernise le genre en puisant çà et là dans les concepts qui ont fonctionnés (ou auraient pu fonctionner) ces dernières années comme une barre d’action limitée, des classes versatiles, du housing, un artisanat simplifié ou une progression très rapide.

Gameplay ultra dynamique à la limite de l’arcade, univers décalé, contenu end game très important, addons créés par la communauté, tout est fait pour attirer le fan de World of Warcraft, celui de la première heure qui s’est perdu et attend LE MMORPG qui le fera replonger. Carbine se permet même un petit taunt envers Blizzard en réintroduisant le concept de raid à 40 joueurs (abandonné sur WoW depuis 2007) en PvE et en PvP et promet du challenge, beaucoup de challenge.

Le challenge, la difficulté, l’élitisme, c’est finalement la seule chose qui vient à manquer dans World of Warcraft car si dans le MMO de Blizzard les décisions de gamedesign semblent depuis longtemps dictées pour satisfaire le « casu », Carbine nous promet un jeu à deux vitesses qui plaira aux amateurs de MMO désireux de garder une vie sociale mais également aux hardcore players qui veulent du contenu leur apportant une résistance et leur demandant une optimisation.

Avec un modèle économique à abonnement, Carbine nous promet des patchs réguliers n’étant pas conçus pour satisfaire une boutique en ligne mais pour apporter une plus-value dans le contenu end game du jeu. Il y a fort à parier que beaucoup de gens se laisseront tenter par le jeu « day one » ou peu après sa sortie car Carbine a compris que pour satisfaire le joueur, l’innovation est certes nécessaire mais elle ne sert à rien sans une dose de nostalgie modernisée.

WildStar se révèlera-t'il comme LE prochain gros MMORPG au contenu hyper soigné et travaillé ? Réponse à partir du 3 juin 2014 !

Sources : WildStar Online, Angels WingsWildStar Echoes

Commentaires