SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

Tags

Pilot : The Leftovers, le faux départ

Mercredi, 2 Juillet, 2014 - 15:19 (Dernière maj : mer, 02/07/2014 - 15:19)
Pilot : The Leftovers, le faux départ
Crédits image : HBO
Série événement de l’été, The Leftovers est la dernière production de HBO chapeauté par Damon Lindelof de Lost et le romancier Tom Perrotta. Que vaut son pilote ?

Sans raison apparente ni trace, 2% de l’espèce humaine disparait un beau jour d’octobre, le temps d’un clignement des yeux. Femmes, hommes, enfants, partout sur notre planète. Pourquoi ? Mystère ! Il faut alors penser ses plaies, continuer d’avancer, accepter l’inacceptable sans en comprendre les raisons. C’est en tout cas ce qu’essaie de faire la petite ville de Mapleton, trois ans après le drame et à l’aube de sa commémoration. Tout a changé et la folie gagne ses habitants. Une curieuse secte prend de l’ampleur, vouant son quotidien à la cigarette et au silence. Un prophète apporte la paix à ses disciples en plein désert. Un mec abat des chiens dans la rue. Un beau bordel donc, que doit gérer le shérif Kevin Garvey (Justin Théroux), lui qui voit sa fille et son fils s’éloigner depuis le départ de leur mère.

Le synopsis de The Leftovers a de quoi rendre perplexe même si son premier long trailer donnait l’eau à la bouche. Il faut dire qu’une disparition aussi massive a de quoi intriguer, mais comment développer à partir d’un point de départ aussi délicat ? À l’exception d’une incidence religieuse comment expliquer qu’un bébé s’évapore dans la nature en une seconde alors qu’il gazouillait pépère dans son siège auto l’instant d’avant ? Dès le départ, le téléspectateur a du mal à voir l’intérêt sur le long terme, que dis-je, sur le moyen terme, de ce show.

À la création de la série, mais aussi au scénario, le co-créateur de Lost, Damon Lindelof, ne propose rien pouvant nous rassurer. Il tente de développer son sujet autour des conséquences psychologiques du drame, l’acceptation du départ incompris, mais rien ne colle, rien n’est crédible, rien n’a d’ampleur. Un groupe mystérieux désarmé insulte les proches des disparus et aucun n’a l’idée d’aller faire un massacre dans une Amérique à la gâchette facile ?

Puisque l’aspect crédibilité de son récit ne semble pas son fort, Lindelorf prend donc le parti du fantastique et du mystérieux, avec les chiens, la secte. Le résultat est intrigant, mais comment lui faire confiance après s’être planté sur Lost, qui avait aussi un excellent point de départ, tellement délicat à développer sur la durée. Il y a néanmoins des raisons d’être optimiste : il s’agit là de l’adaptation télé du roman de Tom Perrotta, co-créateur et producteur exécutif de la série. L’auteur ne s’éloigne donc pas de son bébé, une habitude pour HBO qui fait de même avec Game of Thrones.

Prions pour que l’histoire nous captive, car sa mise en scène est anecdotique (malgré la présence de Peter Berg à la caméra de ce pilote). De plus, son casting ne portera pas la série, à l’instar d’un True Detective par exemple. Justin Theroux est crédible, mais loin d’un Matthew Mc Conaughey, et le reste des acteurs rentrent affreusement dans le moule. Pour l’anecdote, notons la présence des jumeaux Scavo de Desperate Housewives (qui ne servent à rien), de l'excellent Joseph Paterson (de Survivors) ou de Liv Tyler.

The Leftovers s’installe donc sur HBO sans faire d’éclat, sans surprendre, sans passionner, malgré un postulat de départ intéressant adapté d’un roman. Tel Under The Dome, avec les audiences en moins.   

Verdict : à regarder, par curiosité.

Commentaires