SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

Oscars 2015 : Birdman sacré, Dragons 2 enfumé

Lundi, 23 Février, 2015 - 10:24 (Dernière maj : lun, 23/02/2015 - 13:34)
Oscars 2015 : Birdman sacré, Dragons 2 enfumé
La 87e cérémonie des Oscars sacre Birdman au nez de Boyhood alors que le film Les Nouveaux Héros s'empare de la statuette du meilleur film d'animation.

Comme chaque année, il y a du bon et du moins bon qui ressort de ces Oscars, présentés comme la ligne d'arrivée d'un long lobbying hollywoodien pour faire triompher tel film au détriment des autres. Boyhood, surprise des Golden Globes, devait s'emparer des statuettes les plus importantes mais c'était sans compter sur Inarritu et son Birdman, grand vainqueur de la cérémonie.

Inarritu pour Birdman

En salles mercredi chez nous, ce délire emmené par Michael Keaton est adoubé par les critiques. Le sacre de Birdman n'est donc pas une surprise. Il s'empare de l'Oscar du Meilleur film, du Meilleur réalisateur, du Meilleur scénario original et de la Meilleur photographie (quid de Gone Girl, même pas nominé dans cette catégorie?). Birdman semble être une évidence, même si les Golden Globes avaient laissé croire le contraire : le film d'Inarritu n'avait même pas gagné le prix de la Meilleure comédie, doublé par The Grand Budapest Hotel. C'est donc un grand retournement de situation.

La douche froide de Boyhood est donc totale, ou presque. Le film s'empare tout de même de l'Oscar du Meilleur second rôle féminin pour Patricia Arquette, à des années-lumière de la série Medium.

Maman Griffith et sa fille Dakota 50 nuances de Johnson

De son côté, The Grand Budapest Hotel peut avoir le sourire : devancé par Boyhood et Birdman dans les pronostics, il ne se faisait pas trop d'illusions, mais repart tout de même avec quatre statuettes, autant que Birdman finalement. Il s'agit surtout de récompenses techniques (décors, costumes, maquillages) mais une nous fait particulièrement plaisir à nous, les Français : Alexandre Desplat, déjà nominé huit fois (dont deux cette année) remporte le prestigieux Oscar de la Meilleure musique de film, au nez de Hans Zimmer et Interstellar. Il faudra néanmoins m'expliquer l'absence dans les nominés de Gone Girl, décidément le pigeon de l'année 2014.

Felicity Jones, merveilleuse révélation

De nombreuses statuettes sont sans surprise. Incroyable dans Une merveilleuse histoire du temps, où il incarne avec brio le scientifique Stephen Hawking, le jeune Eddie Redmayne est sacré Meilleur acteur devant Benedict Cumberbatch et Michael Keaton, deux solides outsiders. Julianne Moore s'empare de la statuette de Meilleur actrice pour Still Alice, elle qui avait déjà tout gagné ces dernières semaines. C'est donc sans surprise que Marion Cotillard repart bredouille cette fois, même si sa nomination pour Deux jours, une nuit a positivement marqué les esprits. Felicity Jones, pour Une merveilleuse histoire du temps, méritait tellement aussi, mais personne ne pouvait atteindre la Reine Moore (premier Oscar après 5cinq nominations). 

Julianne Moore, la championne

Grand favori, JK Simmons remporte le Meilleur second rôle masculin pour Whiplash.

Parlons des oubliés  avant de passer au sujet qui fâche. Interstellar de Christopher Nolan n'a eu qu'un seul prix : Meilleurs effets spéciaux. Gone Girl n'a rien eu, comme si le dernier Fincher sentait des pieds alors qu'il a été sacralisé par une presse spécialisée subjuguée. Nightcall n'a rien également alors que Ies deux biopics Imitation Game et American Sniper n'ont qu'un seul prix chacun : Meilleur scénario adapté pour le film sur Turing, et Meilleur montage son pour celui d'Eastwood. Petite consolation, ils étaient nominés partout, eux. 

Marion Cotillard, aimée des Oscars

Bien maintenant passons au WTF de ces Oscars 2015 (du moins à mes yeux). La cérémonie a sacré Les nouveaux Héros de Disney Meilleur film d'animation de l'année, devant ... Dragons 2 de DreamWorks. L'année dernière déjà, l'excellent film Les Croods s'était fait chiper le prix par la Reine des Neiges, mais le Disney était un tel phénomène que nous pouvions comprendre aisément. On voulait fêter ce renouveau aux Oscars, dans notre robe de satin. Mais cette année, sont-ils sérieux?

Rien ne justifie ce nouveau sacre de Disney, ci ce n'est un joli lobbying dont l'objectif est de faire de Mickey le nouveau roi de l'animation au moment où Pixar sombre et où DreamWorks est capable de coups de génie qu'il ne faut surtout pas ébruiter. Les Nouveaux Héros est un film sympathique mais sans la moindre originalité. Drôle, mais sans plus. A l'inverse, Dragons 2 est pour beaucoup une référence. Superbe, intelligent, il réussit le douloureux examen de la suite avec audace, faisant des choix scénaristiques très osés. Vainqueur des Golden Globes, Dragons 2 devait donc confirmer mais voilà, c'est bel et bien Disney qui jubille avec ce film très lisse qui aurait pu être tellement mieux.

Peu importe, cet Oscar va aider Les Nouveaux Héros dans son exploitation internationale, sans compter les quelques billets verts supplémentaires qu'il va récupérer maintenant sur le sol américain. 

En dehors des résultats, notons l'hommage émouvant à Robin Williams. Neil patrick Harris a été remarquable et provocateur, encore une fois. Présent en slip sur scène, il a également lancé un joli pique concernant l'absence des acteurs et actrices de couleurs, déclarant "Ce soir, nous récompensons les meilleurs et les plus blancs.". De son côté, Patricia Arquette a fait un plaidoyer efficace pour l'égalité des salaires alors qu'Ethan Hawke a parlé intelligemment de la libre circulation des armes. Notons enfin que Chris Pine a pleuré à chaudes larmes, faisant exploser de rire la toile. On est des pas gentils.

Commentaires