SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

Nintendo, manettes en berne

Lundi, 13 Juillet, 2015 - 11:01 (Dernière maj : lun, 13/07/2015 - 11:02)
Nintendo, manettes en berne
Crédits image : Star-Byte sur DeviantArt
Satoru Iwata, président de la firme Nintendo, est décédé ce dimanche à l'âge de 55 ans.

Triste fin de week-end estival. Vers 2 heures du matin, la nouvelle est tombée, provoquant un flot sincère d'hommages venus de toute part. Journalistes, développeurs, streamers, joueurs, tous semblaient gagnés par l'émotion sur les réseaux sociaux. Satoru Iwata est décédé, à seulement 55 ans, victime d'un cancer.

Pour sa dernière "sortie", à l'E3 2015, nous l'avions vu en marionnette, baignant dans le second degré avant d'être lynché par les fans de Nintendo sur le contenu limite de cette conférence, la plus ratée du salon aux yeux des joueurs. Cela n'entâche en rien l'immense carrière de ce monstre du jeu vidéo. Programmeur dès les années 70, producteur de jeux célèbres comme Kirby's Adventure ou Super Smash Bros, il fut aussi président du HAL Laboratory avant de prendre les rênes de Nintendo en 2002. Pendant ses treize années de règne, il nous a offert des consoles marquantes comme la DS, la Wii, la 3DS et la petite dernière, (injustement boudée à mes yeux) la Wii U. On lui doit aussi le Nintendo Direct, manière de communiquer en rupture avec les pratiques dans ce milieu, ou encore le dernier très gros succès de Nintendo, les Amiibo, conspués par beaucoup, vendus à la pelle. C'était aussi un patron pas comme les autres, capable de diviser par deux son salaire quand les résultats de sa boîte ne sont pas à la hauteur de ses attentes. 

S'il n'était pas connu de tous les joueurs, fort logiquement, ce géniteur de consoles, producteur exécutif d'une grosse centaine de titres, garant de l'esprit Nintendo, a forcément marquer la vie d'un nombre colossal de passionnés de jeux vidéo, indéniablement malheureux ce jour. A l'aube de l'arrivée de sa firme sur les mobiles, on peut se montrer inquiet sur la sauvegarde de cette politique Nintendo, qualifiée d'immobilisme par certains, de construction autour de licences fortes par d'autres. 

Terminons par sa plus célèbre citation, prononcée en 2005.

Commentaires