SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

Les temps forts de l'année séries

Vendredi, 2 Janvier, 2015 - 17:07 (Dernière maj : ven, 02/01/2015 - 19:03)
Les temps forts de l'année séries
Crédits image : Netflix
Clap de fin sur une année 2014 très riche en événements sur le petit écran. Voici les dix plus marquants dans une rétrospective complète.

L’année 2014 n’a pas été de tout repos dans le monde télévisuel : échecs, scandales, surprises, adieux, nouveautés, Mc Conaughey. Voici les 10 événements les plus marquants.

10. La chute des figures paternelles

Deux acteurs ont fait tristement parler d’eux cette année, de la plus dégueulasse des manières,  des icônes de notre enfance, dans des séries familiales très célèbres. Stephen Collins, le pasteur de la série 7 à la maison, s’est ainsi retrouvé au cœur d’une sombre affaire de pédophilie, des actes effectués dans les années 70 et qu’il a reconnu à sa femme lors d’une psychanalyse. Celle-ci a tout dévoilé à la presse obligeant l’acteur à passer aux aveux. Il ne risque rien malheureusement, à cause de la prescription. Il est en tout cas blacklisté aux USA, toutes ses apparitions prévues ayant été déprogrammées.

De son côté, l’acteur Bill Cosby, un monument, est accusé d’une douzaine de viols, avec usage de drogue notamment. Sa tournée est logiquement en danger, les spectateurs essayant vainement de revendre les places.  Le désaveu est donc complet pour ces deux individus qui échappent pour l’instant à la justice.

9. L’ombre de Breaking Bad

Adulée par le public et les critiques, Breaking Bad aura marqué ces dernières années comme aucune autre série. Conclue en 2013, elle a pourtant fait parler d’elle en 2014, s’offrant deux Golden Globes au début de l’année mais effectuant aussi une razzia impressionnante aux Emmy Awards à la fin de l’été. Sa présence a été sujette à polémique, puisqu’elle était terminée depuis un an, mais les conditions d’éligibilité étant remplies, elle a pu s’emparer de tous les prix, offrant à Bryan Cranston, Aaron Paul et Anna Gunn des statuettes méritées.

C’est également au cours de l’année qu’est sortie l’intégrale en coffret DVD et blu-ray, avec une édition collector qui s’est arrachée comme des petits pains, parfois à plus de 300 euros. Ajoutons à cela une pluie d’articles élogieux à son sujet et l’arrivée imminente de son spin-off, Better Call Saul, dont la promotion bat son plein depuis plusieurs semaines, et vous comprendrez que Walter White n’a jamais été très loin. Il est difficile de tourner les meilleurs pages.

8. Les super-héros débarquent

Si Marvel et DC Comics ne font parler que d’eux au cinéma, ils sont loin d’oublier le petit écran.

En 2014, nous avons donc pu assister à la débâcle d’Agents of S.H.I.E.L.D. qui a su se reprendre de fort belle manière avec la saison 2. Le papa des Avengers a ensuite grandement communiqué sur l’arrivée d’Agent Carter et de ses séries avec Netflix.

Pour son éternel rival, DC Comics, c’est Gotham qui a concentré notre attention. L’accueil et les audiences sont mitigés mais la série sur la genèse des héros et méchants entourant Batman semble voué à un avenir plus ou moins radieux. Il en va différemment pour Constantine pour qui les audiences sont catastrophiques. La fuite d’un horrible pilote n’a pas aidé la série de NBC. Peu importe, d’autres séries ont été annoncées, comme celle sur Krypton. Il faut dire que DC a tout de même le sourire : Arrow est un carton, avec une saison 2 convaincante et une troisième saison sur la même lancé. Son spin-off, The Flash, marche bien également et a attiré l’attention de nombreux médias.

Allons-nous aussi vers une overdose télévisuelle de super-héros ?

7. La déprime des comédies

L’époque de Friends est si loin. Les comédies ne font plus recette aux USA.

Alors, oui, The Big Bang Theory est toujours un des programmes les plus suivis de la télévision américaine, mais le public lui reproche de plus en plus de ne pas se renouveler. How I Met Your Mother est parti cette année sous une pluie de critiques acerbes. Community a été annulée une nouvelle fois à cause de faibles audiences, avant d’être sauvée in extrémiste par Yahoo !, surtout soucieux de faire un coup médiatique. Girls et New Girl ne décollent pas. Finalement, seule Modern Family continue d’être adulée malgré deux saisons jugées moins bonnes. Le bilan est donc mitigé pour les mastodontes de la comédie, solidement en place. Elles sont loin de susciter autant d’intérêt que les drames actuels, comme True Detective, House of Cards ou Game of Thrones.

La situation est encore plus critique chez les nouveautés, car rien ou presque ne semble prêt à prendre la relève. Parmi les nouveautés 2013, Orange is The New Black est une franche réussite même si elle tire beaucoup vers le drame. Brooklyn Nine Nine a trouvé son public, s’offrant un Golden Globes au passage, mais elle n’impressionne pas pour autant. Chez les nouvelles têtes 2014, seule Black-Ish s’en sort très bien, le reste ayant déjà été annulé ou en phase de l’être. Selfie, Manhattan Love Story, A to Z ou Bad Judge ont été de retentissants échecs.

6. Adieux en série

Comme chaque année, de nombreuses séries se sont terminées, pour diverses raisons (nous excluons ici les annulations pour manque d’audience).

Le départ le plus retentissant est sans aucun doute celui de How I Met Your Mother, avec un final particulièrement suivi et critiqué, obligeant les créateurs de la série à proposer une autre fin et à longuement expliquer leurs choix.

True Blood s’est aussi arrêtée au terme d’une saison 7 laborieuse et d’un final jugé catastrophique.

Californication est également partie, dans une indifférence totale et imméritée. Pauvre Hank Moody. Cette série corrosive et libertine va manquer, dans un monde à la morale étriquée.

Autre monument, Boardwalk Empire s’est achevée au terme de sa cinquième saison. La série lancée par Martin Scorcese n’aura été que maîtrise du début à la fin.

Le gang des Sons of Anarchy a également déposé les armes. Alors que la saison 6 s’était terminée avec brio, une immense partie de l’ultime saison n’a fait que décevoir, avant trois épisodes finaux remarquables, reprenant le schéma de conclusion de Breaking Bad, et offrant de beaux clins d’œil à The Shield. Une fin réussie.

Dernière série à citer ici : The Newsroom, conclue après trois saisons seulement, un immense regret. Son créateur, Aaron Sorkin, veut se concentrer sur le cinéma, sacrifiant ainsi son dernier bébé. Lui qui est peut-être le meilleur scénariste de la télévision américaine s’est montré très dur vis-à-vis de ses créations, estimant que seule The West Wing avait été un succès. La disparition de The Newsroom a mis un coup derrière la nuque à de nombreux téléspectateurs.  

5. La surprise True Detective

Personne ne l’a vu arriver. True Detective est incontestablement la nouveauté TV de l’année. Cette série de HBO, comprenant 8 épisodes dans sa saison 1, a énormément fait parler, pour son casting, sa réalisation, le plan-séquence de l’épisode 4, la scène coquine d’Alexandra Daddario (qui a enflammé internet), son unique réalisateur (Cary Fukunaga), la performance de Mc Conaughey et son final perçu par certains comme biblique. La création de Nic Pizzolatto est une franche réussite.

Cette anthologie s’apprête donc à revenir avec un nouveau casting, au cœur de nombreuses discussions, preuve que la série s’est déjà solidement installée dans l’univers collectif.

4. Game of Thrones, une saison 4 en dents de scie

Mondialement adoubée pour l’épisode 9 de sa saison 3, Game of Thrones pouvait se vanter d’être une série phénomène quand a commencé la saison 4. Attendue par tous, elle devait confirmer.

Pour ceux n’ayant pas lu le livre, elle a parfaitement tenu son rang même si on peut toujours lui reprocher ses longues traversées du désert entre quelques épisodes prenant aux tripes.

Pour les amoureux du livre, la douche fut plus glacée. De nombreux passages majeurs ont disparu, comme la sensation créée par Lady Stoneheart dont l’apparition faisait déjà baver tous les fans. Les créateurs de la série ont fait des choix, laissant la fin de l’intégrale 3 pour la saison 5, ôtant ainsi un final qui aurait pu faire parler bien plus que les Noces Pourpres.

Cette saison aura en tout cas été marquée par Oberyn Martell et la révélation Pedro Pascal, le seul personnage pouvant se vanter d’être mieux réussi dans le show TV que dans les bouquins de Martin. « I will be your champion » qu’il disait.

De retour en avril, la série devrait s’éloigner encore plus de l’œuvre littéraire, ce qui n’est pas sans inquiéter. Les photos de tournage qui ont fuité n’ont rassuré personne, bien au contraire. Il est temps pour nous de comprendre que la série et le livre sont deux choses bien différentes.

3. Le petit écran, refuge des plus grands

Pendant de nombreuses années, les acteurs confirmés d’Hollywood ne se tournaient vers la télévision que par nécessité, lorsque leur carrière connaissait un sérieux moins bien. Ce fut le cas avec Robert Downey Jr, le nez plein de poudre, qui est allé s’éclater, pour notre plus grand bonheur, dans Ally MacBeal. Marty McFly pour toujours, Michael J.Fox s’est offert une résurrection avec Spin City. Récemment, c’est Kevin Spacey qui s’est complètement relancé avec House of Cards, lui qui n’avait plus connu le succès depuis American Beauty. Il en va de même pour Jeff Daniels et The Newsroom. Cette année, d’autres se sont appuyés sur le petit écran pour refaire parler d’eux : Liv Tyler dans The Leftovers, Josh Hartnett et Timothy Dalton dans Penny Dreadful ou Halle Berry dans Extant.

Mais voilà, nous assistons en ce moment à un tout autre phénomène : certains acteurs très tendance s’investissent dans des projets TV souvent très ambitieux, refusant ainsi des rôles importants au cinéma. Nous avons ainsi vu Tom Hardy dans l'excellente saison 2 de Peaky Blinders, Martin Freeman dans Fargo, Clive Owen dans The Knick, John Malkovich dans Crossbones, Adrian Brody dans Houdini alors que la très demandée Eva Green a signé pour Penny Dreadful. La mini-série The Normal Heart affiche Mark « Hulk » Ruffalo, Taylor Kitsch et Julia Roberts, ce qui ne fait pas rougir l’inédite The Spoils of Babylon et son casting comprenant Tim Robbins, Val Kilmer, Haley Joel Osment, Tobey Maguire et surtout la très bankable Kristen Wiig.

Ce phénomène a pris  tout son sens avec True Detective. La série s’est en effet offert deux des acteurs les plus demandés à Hollywood actuellement : Woody Harrelson, second rôle toujours parfait, et le monstre Matthew Mc Conaughey, Oscar du meilleur acteur la même année. Un cas inédit à la télévision.

Les stars du cinéma continueront d’investir nos petits écrans en 2015 : Uma Thurman, Ed Harris, Anthony Hopkins, Colin Farrell, Rachel McAdams, Vince Vaughn, sans oublier Scarlett Johansson qui jouera dans sa première série.

Terminons avec les séries anglaises : certains monstres à Hollywood se refusent à abandonner leurs bébés télévisuels, comme Benedict Cumberbatch et Martin Freeman qui continuent Sherlock, et Idris Elba dans Luther. La télévision tient sa revanche.

2. Le phénomène The Walking Dead

La série phare de la chaîne AMC a connu une curieuse année.

La saison 4 n’a été que descente en enfer, s’offrant néanmoins quelques moments forts (Carol et les deux filles). Elle s’achevait sur une phrase ridicule et cliché de Rick, nous laissant craindre le pire pour la suite. Paradoxalement, les audiences de cette saison ont été excellentes, permettant au show d’être dans le top 3 des séries les plus regardées aux USA, un exploit incroyable pour le programme d’une chaîne payante et donc qui n’est pas accessible à tous.  

Moins attendue que les précédentes, la saison 5 est arrivée en nous offrant ce que beaucoup considèrent comme le meilleur épisode de la série. Nerveux, violent, immoral, il signe la révolte de Rick et l’éclosion de Super Carol. Moins intenses, les sept épisodes suivants captivent et confirment que la série est parfaitement relancée. Rick évolue d’une manière inattendue, effaçant ainsi la Daryl dépendance de la série. Inutile de dire que la suite est très attendue et qu’ils n’ont pas le droit de se planter, surtout après un tel final de mi-saison. En tout cas, cette saison 5 a battu tous les records d’audience de la série, dépassant même les scores du football américain diffusé à la même heure. The Walking Dead, c’est du lourd.

1. La conquête de Netflix ?

Pour nous, Netflix en 2014, c’est bien évidemment son arrivée en France qui a fait parler tout le monde. Ce nouveau service révolutionne notre façon de consommer des films et des séries, offrant une alternative légale et plus simple que Canal Play, mais il est loin d’être sans défaut : interface manquant de clarté, catalogue encore très léger (mais déjà au-dessus de la concurrence), séries incomplètes dépourvues des dernières saisons... Netflix n’en est qu’à ses balbutiements chez nous et se heurte à la législation, mais tout cela est déjà sacrement impressionnant. La bête a encore tout simplement besoin de mûrir pour devenir indispensable.

Aux USA, Netflix accuse le coup face à une féroce concurrence, emmenée par HBO notamment qui garde précieusement ses pépites télévisuelles.

Pourtant, Netflix reste un acteur essentiel, grandissant : c’est en tant que créateur de séries TV qu’il fait surtout parler maintenant. Ses productions imposent le respect. House of Cards est un carton cité par Barack Obama, une des meilleures séries de ces dernières années. Orange is the New Black n’a guère d’ennemi. BoJack Horseman se présente comme une belle alternative dans le monde des séries d’animation. Hemlock Grove plait aux ados. Marco Polo se présente comme un Game Of Thrones historique, très prenant et réussi, s’offrant le luxe d’être la série la plus chère de l’histoire. Netflix n’est pas prête de s’arrêter.

En 2015, elle donnera un rôle à Pedro Pascal dans la très attendue Narcos, s’attaquera au King Julian de Madagascar et sortira 5 mini-séries Marvel dont DareDevil. Les chaines américaines et françaises n’ont qu’à bien se tenir.

Et le reste ?

Bien évidemment, cette rétrospective aurait pu parler d'autres événements séries qui ont marqué cette année 2014. Il y a bien eu le beau démarrage de How to get away with murder, l'incroyable saison 4 de Homeland, le Fappening qui a touché beaucoup d'actrices de séries TV, comme Lizzy Caplan ou Alison Brie (mais nous en avons déjà parlé dans la rétro ciné), le carton du nouveau spin-off de NCIS, et bien d'autres encore.

L'année 2015 s'annonce tout aussi riche. On attend surtout la saison 2 de True Detective (en espérant qu'elle soit aussi bien que la première), l'évolution de Netflix dans notre hexagone et les adieux de Mad Men.

Commentaires