SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

Tags

Cult’N’Click et vous

Vendredi, 30 Mai, 2014 - 08:53 (Dernière maj : ven, 30/05/2014 - 17:02)
Cult’N’Click et vous
La grande nouvelle est tombée : l’émission Cult’N’Click débarque sur Gaming Live, la WebTV de jeuxvideo.com, sans rien changer à Crushover. On vous explique tout, car pour nous, l’important est que ça continue avec vous.

Si l’information vous a échappé, aucun souci. Cult’N’Click, l’émission nomade, que nous animons depuis près d’un an, arrive sur Gaming Live, pour la simple et bonne raison que nous sommes plus qu’impliqué dans le projet de WebTV de jeuxvideo.com.

Cult'N'Click devient bimensuel, soit un lundi sur deux, de 22h30 à 23h30 à partir du 23 juin 2014.

L'émission du 9 juin est annulée, liée aux conférences de l'E3. Nous proposerons un Cult'N'Click spécial avant le 23 juin pour nous faire pardonner.

Attention, cela ne change rien pour Crushover. Vous retrouverez bien évidemment les articles de toute l'équipe sur le site !

Il nous est apparu important de vous expliquer les raisons de ce changement dans ce papier, les conséquences pour Crushover, ainsi que de vous faire part du passif de l’émission. C’est un peu le moment confession.

Tout va bien, c'est normal.

Il était une fois

Cult’N’Click est apparue telle une fleur en plein cœur d’un après-midi ensoleillé, un samedi. Nous sommes-en juillet 2013 et nous exerçons notre douce folie sur O’GamingTV.

Comme souvent, j’appelle mon cher responsable de la WebTV, BigB. Ça doit durer 10 minutes, ça dépasse aisément l’heure de parlote.  On parle boulot puis ça glisse délicatement vers le ciné et les séries. Il apparait très clairement qu’on partage un gout certain en commun pour ces sujets, comme beaucoup. Sur un coup de tête, je balance qu’on devrait en faire une émission, et que ça serait bien de la caler le lundi pendant les vacances. Il faut dire qu’à cette époque, je présentais l’émission Ceci n’est pas la FistiKere, avec quelques difficultés, du fait de mon emploi à côté et de la logistique que nécessite ce format, délicat à distance.

En quelques minutes, tout se met en place, l’émission sort de nulle part. À côté de ce gout commun pour le septième art et sa petite sœur télévisuelle, une autre idée me tient à cœur : sortir de l’ombre la régie de la WebTV en la mettant au cœur de l’émission et faire un ensemble sans présentateur. BigB donc, mais aussi Cardell, monteur et réalisateur des émissions. 

L’appel se termine. Le lendemain, j’envoie une maquette de l’émission à BigB. Pour lui, ça n’était qu’une discussion légère et passionnée, sans suite attendue. Mais l’émission est bien là, réelle. Cardell est plus que partant. On se lance donc. Elle arrive le lundi, à la place de Ceci n’est pas la FistiKere. On s’apprête à parler de l’actu, à partager nos coups de cœur, à parler des sorties, à montrer les derniers trailers qui tuent. Ce que nous continuerons à faire dans chaque émission.

De simples passionnés

Si Cult’N’Click nous tient à cœur, c’est que le ciné et les séries occupent une part importante dans nos vies.

Je bouffe des tonnes d’épisodes et vais très régulièrement au cinéma, sans parler de l’actu qui me passionne depuis mon enfance. J’avoue connaitre de très nombreux acteurs et actrices, surtout actrices, ainsi qu’une flopée de seconds rôles, faisant câbler mes proches lorsque je sors en plein épisode des Sons of Anarchy « Tiens, on l’a vu dans un épisode de Deadwood lui. ». J’ai toujours voulu écrire sur ce sujet, bien plus que l’eSport, et Dieu sait que j’aime ce dernier, c’est dire.

De son côté, Cardell en a fait une partie de son métier et a flirté avec la création à de nombreuses reprises. Il préfère les films plus intimistes, et c’est tout à son honneur.

BigB aussi manipule la caméra. Dévoreur de séries, c’est aussi un puits de science pour les comics et les animes, celui que j’interroge quand je ne comprends pas une obscure référence dans un film Marvel.

Difficile d’en dire plus à leur place, mais une chose est certaine, ils vivent ciné et séries aussi. Il fallait donc en faire quelque chose. Alors, oui, on a tout de suite compris qu’on n’aurait pas le talent d’un Karim Debbache ou d’un Fossoyeur de films, mais on s’en fout. On veut partager notre passion et vous voir réagir. À condition bien évidemment que vous adhériez.

L'épisode 1

La saison 1

L’accueil pour nos premières éditions a été très bon et motivant. On prend nos marques, on se libère. On part dans d’improbables hors-sujets. BigB sort des vannes. Cardell et moi chantons du Aznavour. Plusieurs membres du site y prennent part. Noki présente une émission en mon absence, Chips et Noi s’installent sur le canapé pendant les vacances de Cardell, Georges et Achenar proposent un blindtest.

Lorsque l’aventure O’Gaming prend fin pour BigB et Cardell, toute l’équipe prend part aux adieux de l’émission sur la grille. Un sacré moment, avec BobLeGob en guest à la webcam.

La dernière émission sur O'GamingTV

Et apparait Crushover

Très vite alors, l’idée de continuer l’émission s’impose. On ne veut pas arrêter. Il nous faut donc un site pour la diffuser. C’est le point de départ de Crushover, où nous rejoignent immédiatement dans notre trip les autres fondateurs du site : Ludo, bien évidemment, mais aussi Kaoru et Kopitz.

Un site pour la diffuser c’est bien, mais un endroit pour la réaliser, c’est tout aussi important. On trouve donc refuge chez BigB, dans son salon. Cult’N’Click est plus que jamais une émission entre potes.

Les contraintes sont bien plus lourdes maintenant. Pour moi, c’est la préparation du filé tous les dimanches, un aller-retour en train, et la nécessité de partir à 5 heures du mat le lendemain pour retrouver ma classe. Pour Cardell, c’est plusieurs heures de montage, ainsi que la recherche des vidéos et des photos pour le live. Pour BigB, envolé vers plein de projets, loin de l'univers jeu vidéo, et toujours en surcharge d’activités, c’est un appartement modifié chaque semaine et tout le matériel à préparer. Un lundi bloqué donc. Une autre charge tombe sur les épaules de mes camarades : moi. Bah ouais, il faut m’héberger, car il n’y a pas de retour possible en Picardie quand Cult’N’Click se termine. Nous mettons donc en place un système de garde alternée, un coup chez l’un, un coup chez l’autre. Je me retrouve donc comme un enfant de divorcés, à droite à gauche, mais toujours avec le sourire.

Du coup, on passe du temps ensemble après l’émission, renforçant notre amitié et l’envie de faire l’émission, ça nous permet aussi d’avancer sur d’autres projets, dont Gaming Live.

Bref, toute cette partie du papier pour vous dire qu’il ne s’agit pas de se plaindre, car on le voulait vraiment. Hors de question d’arrêter Cult’N’Click. Outre notre gout pour les sujets abordés, vous êtes pour beaucoup dans notre volonté de continuer. C’est là que vous intervenez.

En direct de Cannes ou pas.

Dat tchat

Déjà sur O’Gaming, vous étiez nombreux à être derrière l’émission, à notre grande surprise. L’arrivée sur Crushover a considérablement réduit l’audience, fort logiquement, mais ça nous a paradoxalement rapprochés de notre public.

Que vous passiez nous dire coucou ponctuellement ou que vous campiez votre PC tous les lundis, vous avez clairement apporté une sacrée pierre à l’édifice Cult’N’Click. Vos trips récurrents, vos mots d’esprit, votre bonne humeur, votre implication, tout ça a contribué à nous rendre Cult’N’Click plus qu’agréable. Le sommet étant quand même cette émission où vous avez tous changé votre pseudo IRC par le nom d’une star décédée. On se serait cru au paradis hollywoodien. On était scié.

Au kiff de l’émission s’est donc ajouté celui du tchat.

Et maintenant, Gaming Live

L’émergence du projet Gaming Live, la WebTV de jeuxvideo.com, n’a pas simplifié la vie de Cult’N’Click, la surcharge de travail nous prenant de court pour l’émission. BigB en est le fondateur, Cardell et moi des membres à part entière.

La question de la continuité de notre plaisir du lundi s’est donc posée. Comment libérer autant de temps pour Cult’N’Click alors qu’on en est à se doucher en mangeant ? Malgré la meilleure des volontés, tout cela semblait compromis.

Quelques minutes avant la dernière émission, nous étions tous les trois sur le balcon bigbien lorsque notre hôte a cédé à nos propositions, validant enthousiasmé la solution à tous nos problèmes : un Cult’N’Click bimensuel intégré à notre nouveau projet passionnant et chronophage, l’opportunité donc de rendre encore possible l’aventure avec vous.

Cult’N’Click arrive donc officiellement un lundi sur deux, de 22h30 à 23h30 sur Gaming Live.  Vous êtes plus qu’attendus, les amis. On veut du Paul Walker, du Marquis de Sade, de l'Asrarn, de la Karott, de l'Abstrack et tous les autres. L’émission se fera en plateau, avec une technique plus poussée. Son contenu sera mieux travaillé, plus exigeant sans perdre la chaleur décousue de l’ensemble et notre proximité avec le tchat. On fait ça autant pour nous que pour vous.

Et Crushover dans tout ça ?

Nous réfléchissons actuellement à une manière de rendre toujours visible l’émission sur Crushover, mais dans tous les cas, cela ne changera absolument rien à notre site.

Cult’N’Click n’était qu’une infime partie de son contenu, aujourd’hui, l’essence de ce site est bien ailleurs. Il est dans les articles passionnés de ses rédacteurs et l’arrivée de Gaming Live ne changera pas ça. Il est important de rappeler que tous les membres de ce site ont une activité professionnelle prenante à côté et cela n’a rien empêché. Certes, BigB et Cardell ont mis de côté leurs traditionnelles chroniques, mais cela n’est que temporaire, lié au lancement de la WebTV.

Les autres plumes du site restent également aiguisées. Nous vous proposerons donc encore un contenu qui, nous l’espérons, sera à la hauteur de vos attentes. 

On se retrouve, nous l'espérons, lundi et on tient à vous remercier pour tout ce chemin déjà parcouru.

Commentaires