SVP Utilisez une version d'Internet Explorer plus récente ou choisissez un autre navigateur.

Auteur

Partager

Tags

CrushCover : Happy Together

Mardi, 28 Juillet, 2015 - 16:24
CrushCover : Happy Together
CrushCover: 1 original, 5 oeuvres qui s'en inspirent, recette simple et, on l'espère : efficace. Au programme du jour le très mellow-yellow-flower-power "Happy Together" des Turtles.

L'original

Succès international signé "The Turtles" (qui à dit le seul?), le célèbre Happy Together partait de loin, jugez plutôt :

D'un côté, Gary Bonner,  bassiste du groupe The Magicians (non, aucun rapport),  se retrouve à demi conscient après une nuit sans sommeil, dans un concert sans fin sur Boston où son guitariste, Allan Jacobs, s'amuse inlassablement à jouer le même riff open string entre chaque chanson. Conquis par la mélodie qui correspond bien aux paroles tout-mou-tout-doux qu'il a déjà à demi écrites, Gary lui demande de l'aider à finaliser la chanson.

Nope
Allan Jacobs, Avril 1967

Jugeant la mélodie bien trop simpliste pour mériter un quelconque traitement ce dernier l'éconduit gentiment. C'est donc grâce au secours du batteur du groupe, Alan Gordon, que la chanson sera en désespoir de cause finalisée.

De l'autre côté, les Turtles, ou l'imposture musicale caractérisée. Formés autour des deux saxophonistes Mark Volman et Howard Kaylan, les Turtles, initialement connu sous l'étendard "Crossfires" est un groupe de surf-rock qui n'est pas du genre à s'inquiéter ne serait-ce que d'une parodie de cohérence artistique, changeant de registre au gré des modes.
En l'occurence, la fin des années 60 voit l'émergence de la brit-pop; aucun problème, les Tyrtles (mélange des Byrds et des Beattles) naissent.
Après une reprise d'un classique de Bob Dylan comme premier single (tient, comme les Byrds) et un changement de nom en Turtles suite aux pressions de la maison de disque, le groupe enchaine les fours et souhaite tenter un énième changement de direction artistique en interprétant des chansons plus légères.  Les Turtles et les Magicians se croisent et ce "Happy Together" que tout Los Angeles a déjà refusé trouve enfin preneur.

On connait la suite, mais qu'en est-il de ce qui en a découlé ?

Buck Wild

Commençons au rayon vénère. Face à la reprise ridicule des Simple Plan qui portent bien leur nom, celle pas forcément plus honorable des New Found Glory et la reprise tiédasse punk-rap de Flobots,  la version de Buck Wild semble s'imposer d'elle même.  Une fois l'intro qui brouille les pistes passée, la tension reste constante tout au long de cette reprise à la subtilité toute relative.

Slothrust (2012)

Principalement connus pour le générique d'ouverture de la série You're the worst dont la saison 2 débutera en septembre, Slothrust s'est aussi payé une reprise sobre mais efficace du titre du jour.  Posté avec le commentaire :

""The Turtles might want to hide in their shells for this one..."

On confirme que les tortugas peuvent aller se cacher tant l'original fait sommaire en comparaison. Pour ceux qui auraient apprécié, signalons dans ce même registre Lo-Fi, la reprise des Weezer, plus classique mais tout aussi digeste.

John Cacavas (1970)

Et si Gainsbourg s'était chargé des arrangements, il aurait ressemblé à quoi ce Happy Together ? C'est en substance ce que s'évertue d'explorer John Cacavas (le générique de Kojak, c'est lui), dans une version instrumentale tout en cuivre, troquant le sucre du miel pour le peps des agrumes. Goûtu.

Filter (2009)

Sortie sur la B.O du remake de Stepfather,  Filter nous propose une version Slo-Mo avec une opération de réversion de gonadotrophie du classique des Turtles en suplément (ça marchait aussi avec le remix de Margari's Kid). Les plus cinéphiles se souviennent peut-être de son utilisation pour le trailer du Great Gatsby.

Dj kicken vs mc-q

Un Crushcover sans une pointe de mauvais goût ne serait pas vraiment un Crushcover. Choix cornélien: version accapela, coeur de l'armée rouge, sample raté pour morceau hip-hop ? Que nenni, le JumpStyle met toujours plus haut la barre. Notons que dans le même registre, les "interprétations" de Hazmat, DJ macho (ce blaze) ne déméritent pas.

--

Buck Wild: 1, Slothrust: 2, Cacavas:3, Filter:4, Dj Kicken: 5 !  Le compte est bon. Nous sommes quittes pour cette semaine, on se retrouve lundi prochain pour une Bar Room Story à mi-chemin entre Christopher Nolan et Alfonso Cuarón.

Commentaires